Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

 

Les pressions

L'assainissement

La population du bassin versant est très majoritairement reliée à un système d’assainissement collectif (environ 97,5 % de la population - chiffres basés sur les données pour 49 des 66 communes du bassin versant de la Mauldre-). Ceci se traduit par la présence de vingt-deux stations d’épuration communales ou intercommunales dont les rejets s’effectuent sur le bassin versant de la Mauldre (il y a également 2 stations d’épuration privées).

Ces 24 stations d’épuration représentent une capacité globale nominale de 396 287 EH. Les plus importantes sont celles du Carré de Réunion (Bailly), de Villepreux, de Plaisir, de Maurepas, d’Elancourt ou encore de Boissy-sans-Avoir.

Ces rejets, à l’étiage, alimentent en grande partie les cours d’eau de la Mauldre et de ses affluents, à savoir près de 80 % à la station DRIEE d’Aulnay sur Mauldre.

Dans ce cadre, les éventuels dysfonctionnements des systèmes d’assainissement collectifs que ce soit par temps de pluie ou par temps sec ou les rejets directs au milieu (inversion de branchements,...) ont un impact important sur la qualité des rivières. Les rivières du bassin versant de la Mauldre sont soumises à de fortes pressions urbaines s’exerçant dès l’amont du bassin.

On estime la population en assainissement non collectif actuelle sur le bassin versant de la Mauldre à 6 300 habitants soit environ 2,5 % de la population (chiffres basés sur les données pour 49 des 66 communes du bassin versant de la Mauldre). Les communes totalement ou significativement assainies en autonome sur le bassin versant (soit plus de25 % de leur population) sont des communes peu peuplées

  • Communes ayant plus de 25 % de leur population en assainissement autonome : Méré (29 %), Montainville (27 %), les Mesnuls (37 %), et Bazoches sur Guyonne (51 %)
  • Communes totalement assainissement en autonome : Davron, Herbeville, Vicq et Rennemoulin

Les communes précitées représentent seulement 39 % de la population en assainissement non collectif. En effet, du fait d’un habitat dispersé, de nombreuses communes conservent une population assainie en autonome, particulièrement les communes d’Aulnay-sur-Mauldre, Beynes, Crespières, Epône, Feucherolles, Garancières, Jouars-Ponchartrain, Maule, St-Léger-en-Yvelines et de St-Rémy-l’Honoré.zone humide du grand etang St remy lhonore

 

L'urbanisation

Par l’augmentation de l’imperméabilisation des surfaces, l’expansion des communes en zones naturelles ou agricoles, l’urbanisation a un impact important sur le territoire.

 

Les activités artisanales et industrielles

il existe un tissu artisanal diffus, des zones d’activités industrielles et artisanales développées, notamment sur les communes des Clayes-sous-Bois, d’Elancourt, de Plaisir, d’Epône, de Maurepas, de Coignières et de Versailles. Ces activités artisanales et industrielles sont pour leur grande majorité raccordées à un système d’assainissement collectif. Cependant, l’insuffisance ou le mauvais entretien des prétraitements au niveau de ces activités a des impacts sur le fonctionnement des systèmes d’assainissement collectif qui se répercutent sur le milieu. Les éventuels inversions de branchements au niveau de ces activités ont également un impact important.

D’après les données de l’agence de l’eau Seine-Normandie, il n’y aurait pas de prélèvements pour des activités artisanales et industrielles dans les eaux superficielles sur le bassin versant de la Mauldre.

 

L'agriculture

44 % du territoire du bassin versant de la Mauldre sont occupés par des espaces cultivés. En 2009, d’après les données de la DDT, 220 exploitants (nombre d’exploitants déclarant au titre de la PAC des parcelles cultivées sur le périmètre du bassin versant de la Mauldre) représentant environ 17 379 ha. 13 ha sont déclarées en bio (AB ou conversion) soit 0,8%.

Les prélèvements agricoles dans les eaux superficielles pour l’irrigation (19 irrigants déclarés en 2007 au titre de la redevance prélèvement de l’agence de l’eau Seine-Normandie) représentent un volume annuel prélevé de 26 024 m3.