Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

 

Jardiner, désherber sans produit phytosanitaire

Les produits phytosanitaires sont définis par le règlement européen CE1107/2009 comme tous produits destinés à :

- protéger les végétaux contre les organismes nuisibles,
- exercer une action sur les processus vitaux de végétaux (autres que les substances nutritives),
- assurer la conservation des produits végétaux,
- prévenir, freiner ou détruire la croissance des végétaux ou les parties de végétaux indésirables, à l’exception des algues, sauf si les produits sont appliqués sur le sol ou l’eau pour protéger les végétaux.

Ces produits présentent des risques pour la santé humaine et l’environnement. Ils constituent une cause majeure de dégradation des cours d’eau.

Que dit la réglementation ?

L’interdiction d’utiliser des produits phytosanitaires pour les collectivités dès 2017 et pour les particuliers à partir de 2022 a été programmée par la loi « Labbé » de 2014 et avancée par la loi de transition énergétique du 22 juillet 2015.

Les alternatives aux produits phytosanitaires

Il existe de nombreuses alternatives plus respectueuses de notre santé et de notre environnement pour remédier à l’utilisation des produits phytosanitaires :

- Choisir des plantes originaires de la région qui seront naturellement plus résistantes aux attaques et aux maladies

- Désherber à la main, à l’eau chaude (en réutilisant l’eau de cuisson par exemple pour les particuliers) ou à l’aide d’un désherbeur thermique à gaz (brûleur)

- Couvrir le sol avec des matériaux naturels (copeaux de bois, feuilles, paille, etc.) ou des plantes couvre sol (lierre terrestre, capucines, muguet, miscanthus, courges, etc.)

- Proposer un environnement favorable à la présence des auxiliaires de culture, tels que la coccinelle, le carabe, le hérisson, le carpeau. Ils réguleront notamment les populations de pucerons et de limaces.

- Privilégier les espèces ou variétés adaptées au climat tempéré et aux conditions de votre terrain. Mélanger les essences ; les légumes, les fleurs, les plantes aromatiques, les arbustes et les arbres sont complémentaires. La diversité réduit les désagréments aux cultures (maladies, parasites) tout en limitant leur propagation et leur prolifération. Les œillets d’inde sont « nématicides » et éloigne les pucerons. Le soucis éloigne les doryphores et les mouches blanches (aleurodes) des choux et des concombres

Les actions du COBAHMA-EPTB Mauldre

Des outils de communication sont disponibles dans la partie ressource documentaire, d’autres sont en projet. Des échanges avec la profession agricole, les collectivités et les aménageurs sont entrepris afin d’encourager les pratiques vertueuses. Le COBAHMA-EPTB Mauldre mène un accompagnement des communes pour la mise en place d'un plan de désherbage communal respectueux de la biodiversité et de la ressource en eau. Par ailleurs, en partenariat avec l’association FREDON, des journées de présentation de matériel alternatif ont déjà eu lieu ; d’autres événements de ce type pourront être organisés.

 

Pour en savoir plus…

Consulter le PAGD, Enjeu 2 : Restaurer la qualité des milieux aquatiques superficiels/Objectif général 2.5 Diminuer les concentrations en substances dangereuses et micropolluants, notamment l’Orientation QM15 Réduire les pollutions de produits phytosanitaires d’origines non agricole ; Enjeu 3 : Préserver la ressource en eau souterraine, notamment l’Objectif général 3.1 Améliorer la qualité des eaux souterraines

Les jardiniers pourront être intéressés par les techniques alternatives issues de l’approche permaculturelle (voir Dominique SOLTNER, Perrine et Charles HERVE-GRUYER, Richard WALLNER, ou Sepp HOLZER)